Dr Ivan Raduszynski
Cabinet Médical d'Ostéopathie
et Médecine Physique
Retour
Vraie et fausse migraine, névralgie d'Arnold

Crise douloureuse parfois d’une extrême violence, la migraine vraie a des caractéristiques typiques: le mal de tête est souvent précédé par des scintillements visuels ou des fourmillements du visage. La douleur une fois installée, volontiers en étau, est faite de pulsations de plus en plus violentes au cours de la journée, siégeant dans une moitié ou la totalité du crâne et aggravées par le moindre effort. L’intolérance au bruit et à la lumière, les nausées voire les vomissements rendent la crise parfois insupportable.

Il existe aussi la fausse migraine qui est une névralgie liée à l’irritation mécanique d’un nerf proche d’une vertèbre cervicale. Il s'agit le plus souvent du nerf d'Arnold. La douleur est d’un seul côté de la tête, irradiant volontiers d’arrière en avant, de l’occipital jusqu’à l’œil. Elle ne bat pas dans la tête comme une migraine vraie. Souvent dénommée céphalée de tension, elle résulte de contractures des muscles de la nuque qui finissent par limiter le mouvement d’une vertèbre cervicale bien précise. Ces douleurs concernent des milliers de citadins qui travaillent assis devant un écran d’ordinateur qui suivent parfois un traitement médicamenteux anti-migraineux peu ou pas efficace et source d’effets indésirables.

Le médecin-ostéopathe doit différencier ces deux entités car elles ne se traitent pas de la même manière. L’interrogatoire du patient doit être rigoureux et l’examen clinique précis. La palpation des muscles du cou, les tests de mobilité des vertèbres, la recherche de points douloureux sur la colonne et sur le visage permettent d’orienter vers le bon traitement. Il faut souvent des radiographies, un scanner ou une IRM de la colonne vertébrale pour éliminer une contre-indication à certaines manipulations.

Selon les cas, des techniques ostéopathiques douces, dites fonctionnelles (ostéopathie myotensive, techniques de Jones…) ou de véritables manipulations articulaires peuvent être pratiquées chez un patient bien examiné et bien informé.


2017, Ivan Raduszynski